tool_box

Chose promise, chose due. Voici une liste d'outils pour la production de web reportage avec un budget décent. Entendez par là un budget susceptible de ne pas faire fuir (tout de suite) un rédacteur en chef ou un chef de service...

L'objectif ici n'est pas de dresser une liste de matos,de logiciels et de solutions d'hébergements pour réaliser des web documentaires de classe internationale mais plutôt pour faire des web reportages en news ou news mag dans une rédaction sans le sou (on frôle le pléonasme).

Ce qui est bien avec le web reportage c'est que c'est un genre neuf, jeune. Pour l'instant, il n'existe pas de codes, de règles régissant cette pratique. Le matériel nécessaire varie donc en fonction de ce que l'on veut produire.

A titre indicatif, la maison de production US Mediastorm publie sur son site une liste très détaillée de tout le matériel dont elle dispose pour travailler. Le coût global (environ 18.000 $) peut paraître élevé. Mais il y a peu de temps encore, une station pro de montage virtuel Avid coutait 250.000$.

Récolter les contenus

Quel que soit le type de web reportage, il est nécessaire de capturer des images (fixes et/ou animées) et du son. Pour la captation d'images les solutions sont tellement nombreuses que je vous laisse voir les sites des constructeurs (Nikon, Canon -photo & vidéo- , Sony, Panasonic).

A noter qu'aujourd'hui, les reflex pro (D3S, 1d mark IV, 5d mark II) sont capables de réaliser des prises de vue vidéo en qualité HD avec son en stéréo pour le mark IV. L'utilisation en reportage de cette option vidéo reste à mon avis très périlleuse en l'absence d'autofocus. A tester sur le terrain tout de même...

Côté son, le choix est vaste, mais pas le budget. Oublions donc les solutions professionnelles pour se tourner vers des produits plus "cheap" mais dont le rapport qualité/prix reste imbattable. Je pense ici en particulier aux produits zoom dont le fameux H2 qui croule sous les bonnes critiques. Et il ne coûte que 180 €, ma chère Maryse. Il existe bien évidemment dans cette même gamme de prix d'autres marques comme Sony, Olympus, Edirol, Marrantz, Nagra ... A vous de faire votre choix.

Traitement des contenus

Une fois les contenus récoltés, attachons-nous à la mise en forme. Plusieurs solutions s'offre à vous: le montage vidéo mêlant son, photo et vidéo / le diaporama sonore ou non / le podcast ...

Pour la photo, un logiciel de traitement de l'image est indispensable (traitement, retouche, indexation des photos). Photoshop (1000 €) reste la référence malgré ses 20 printemps (une éternité dans le monde informatique), mais Lightroom (300 €) et Aperture (199 €) en raison de leurs prix et de leurs fonctionnalités gagnent des parts de marché.

Concernant la vidéo, il existe différentes solutions. Si vous avez le budget, vous pouvez opter pour des solutions professionnelles de qualité comme Adobe Premiere (1015 €) ou le combo Final Cut Studio (999 €). Une alternative peu onéreuse existe. Que vous soyez Mac ou PC, des logiciels de montage virtuel sont dorénavant livrés dès l'achat de votre ordinateur. Chez Apple, il s'agit de iMovie intégré à iLife (79 €). Quant aux amateurs de Microsoft, il peuvent se tourner vers Windows movie maker.

En photo, il existe beaucoup de logiciels libres et/ou en ligne (Gimp, Splashup, ... ). Pour en avoir testé quelques uns, rien ne vaut un logiciel puissant et fiable quand on se positionne dans une logique professionnelle. Pour la vidéo, j'ai lu à plusieurs reprises que jaycut propose une solution de montage virtuel online. Il suffit d'uploader ses rushes pour monter. On peut ensuite exporter la vidéo ou la télécharger sur son ordinateur. A priori, il faut quand même une bonne connexion internet pour bosser.

Enfin, le son, nécessite lui aussi un soft de montage spécifique. Il en existe des professionnels: Protools (250 €), Adobe Audition (417 €), Adobe Soundbooth (297 €), Apple Soundtrack Pro 3 (intégré dans Final Cut Studio). Il existe aussi beaucoup d'outils on line pour traiter le son, mais un revient sans cesse: Audacity. Soft libre et open source, ce serait paraît-il un formidable outil. A tester.

Publication des contenus

Maintenant que le fond est traité, monté, il s'agit de les publier. Commençons par le podcast. Une fois le son enregistré avec le zoom H2 et monté avec Audacity, il vous suffit de l'uploader sur mixcloud ou soundcloud (par exemple) pour ensuite exporter un lecteur sur votre site internet

Pour un diaporama, soit vous utilisez un player spécifique comme Soundslides (70 $) ou Slideshow Pro ($) soit vous assemblez les photos et le son dans un logiciel de montage précédemment cité. A noter que Slideshow Pro est une solution complète gérant aussi la vidéo. Il est entièrement configurable en passant par Adobe Flash. Il est entre autre utilisé par le média center du Denver Post.

Enfin pour un montage vidéo, il vous suffit d'héberger votre œuvre sur n'importe quel site comme Youtube, Daily Motion, Wimeo ... Et de l'exporter sur votre blog ou sur un site.

Si vous voulez faire original, vous allez aimer Vuvox. Solution on line pour produire des collages de photos avec des zones interactives cliquables qui permettent d'intégrer un diaporama, un son, une vidéo... Enfin, si vous voulez faire des objets multimédia en flash dans lesquels vous intégrez de la vidéo, de la photo, des cartes, des liens, du texte, du son, il y a Sprout builder. Il y avait Sprout builder, devrais-je dire.

En effet, les développeurs de cette solution online ont récemment annoncé qu'ils arrêtaient le développement de Sprout builder pour se concentrer sur d'autres activités à destination des entreprises. Ceux qui avait produit des contenus avec Sprout builder vont perdre leur travail sans aucun recours possible. Pour se mettre à l'abri de ce genre de déconvenue, il est préférable d'aller à la source et de bosser directement avec le logiciel Flash (836 €).

Développement en interne

Pour finir, il n'y a pas que le web reportage dans le rich media. On peut aussi produire des infographies interactives (amcharts.com, manyeyes), des cartes interactives (Google maps, ammap.com), des frises chronologiques (Dipity), des flipbook ... Là encore, les liens mènent la plupart du temps vers des solutions de création et/ou d'hébergement en ligne. Ce peut être risqué (Cf Sprout). Il est donc préférable à terme de produire ces cartes, infographies, frises chronologiques en interne via la technologie flash.

Aujourd'hui, la grande majorité des journaux français (PQR, PQN) ont mis en place une stratégie web. Beaucoup d'entre eux comptent dans leurs effectifs des photographes professionnels équipés comme il se doit. Les journaux disposent aussi de matériel de tournage et de montage vidéo.

Souvent, sans le savoir, les rédactions disposent d'une grande partie du matériel nécessaire à la production de web reportage et plus généralement de rich media. Reste le plus difficile et le plus cher à acquérir: le savoir-faire et l'envie. Formation en interne et recrutement externe peuvent apporter la solution.

Wait and see ...